Iran: 40 Ans De Révolution 4 Épisodes [MP3 128 Kbps]-.FranceCulture.

Téléchargement & Détails

Télécharger Télécharger le torrent
Mots clés Mp3 Politique/Société
Seeders 9 Leechers 0 Complétés 67
Informations Voir les informations
Fichiers 5 - Voir les fichiers

Présentation

Ajouter à mes favoris Voir le NFO Signaler
(¯`·._.·[  Iran: 40 Ans De Révolution  ]·._.·´¯)


95D1171E-43F0-4EA3-8853-F90526779966_w1023_r1_s.jpg


info_album.png

Nom de l'Auteur : Florian Delorme
Titre de l'album : Iran : 40 ans de révolution
Genre du podcast : Culture/Politique/Société/
Date de sortie :   04/02/2019 

detail_album.png


Épisode 1 : Une théocratie qui plie mais ne rompt pas

État fort ou fragile, solide ou vacillant ? Entre émeutes, manifestations et appels au changement de régime depuis l'étranger, le régime n'a jamais semblé aussi fragile.
Comment comprendre la résilience de cet État qui soufflera sa quarantième bougie le 11 février prochain ?

Quarante ans après la chute du Shah et l’avènement de la République islamique : où en est l’Iran ? Le retour de l’ayatollah Khomeiny le 1er février 1979 a-t-il permis de construire un état fort et pérenne ? ou souffre-t-il toujours d’une certaine instabilité structurelle ?

Un régime fragilisé?

Avec les émeutes contre la vie chère entre décembre 2017 et janvier 2018, les appels réguliers au changement de régime émis depuis Washington ou Israël et alors qu’une nouvelle vague de protestation apparaît ces derniers mois, le régime apparaît plus fragile que jamais.
Pourtant, les manifestations populaires de 1999, celles suite à la réélection contestée d’Ahmadinejad dix ans plus tard ou encore le printemps perse avorté de 2011, l’Iran n’en est pas à sa première épreuve et à chaque épisode, la théocratie chancelle mais ne tombe pas.
"Il faut dépassionner le débat autour de l'Iran et analyser les rapports de force" Bernard Hourcade.
Alors comment comprendre la résilience de cet Etat qui soufflera ses quarantièmes bougies le 11 février prochain ? Comment expliquer la faculté d’adaptation du régime face à un environnement intérieur et extérieur incertain ? Quelles sont les évolutions particulièrement marquantes qui ont transformé le pays depuis l’avènement de la République islamique ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.



Épisode 2 : Un système économique à bout de souffle ?

En juillet 2015, l'accord sur le nucléaire iranien promettait une nouvelle ère économique pour Téhéran grâce à la levée des sanctions.
Leur récent rétablissement par Washington ont plongé l'Iran dans une crise profonde.
Les sanctions suffisent-elles à expliquer la faillite de l’économie ?

En 2015, la levée des sanctions suite à l'accord sur le nucléaire iranien avait permis le redémarrage de l'exploitation pétrolière, principale richesse du pays, lui donnant l'occasion de renflouer les caisses de l’État et de relancer la politique d'investissement. Mais la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord, en mai dernier, a provoqué le rétablissement progressif des sanctions américaines avec une première salve en août, puis une seconde en novembre visant le secteur pétrolier et la Banque Centrale iranienne. Cette décision unilatérale a porté un coup très dur à une économie déjà fragile. 

Au bord de l'implosion?

Aujourd'hui, la monnaie nationale - le rial - s’effondre, les prix s’envolent, les pénuries menacent et le système social déraille. L’économie iranienne semble au bord de l’implosion.

"Les rapports montrent que les Iraniens sont de plus en plus motivés pour quitter le pays suite aux sanctions américaines." Amir Amiri.

Les fragilités de l’économie de la République islamique sont-elles seulement le fait des sanctions internationales ? Faut-il également incriminer les responsables politiques iraniens qui n’auraient pas conduit les affaires économiques de sorte à assurer la prospérité du pays et du plus grand nombre ? Quels sont les gagnants et les perdants du système économique mis en place depuis 1979?

Une émission préparée par Maïlys André et Léa Sabourin.



Épisode 3 : Négocier l’émancipation : une lutte sans fin

La vie quotidienne des Iraniens apparaît tiraillée entre loi islamique et envies de modernité. De la rue à l’espace intime, les espaces de liberté se négocient progressivement. Quelles ont été les dernières conquêtes sociales ? Où se situent les nouvelles frontières de l'émancipation ?

Malgré la rigidité des normes - religieuses, politiques ou sociales - qui régissent l’espace public, la société iranienne a su créer et occuper des interstices vacants, devenusautant de lieux de revendications voire de contestations.
La rue d’abord, qui chaque jour accueille nombre de manifestations, mais aussi le jardin, la mosquée, la voiture, le restaurant, la salle de sport, jusqu’au logement privé où les réunions en tout genre sont autant d’occasion d’affirmer une individualité émancipée.
"Si le gouvernement devient flexible, c'est qu'il y a des débats internes qui pèsent." Fariba Adelkhah
La société iranienne, semble se moderniser beaucoup plus rapidement que son encadrement institutionnel et ne cesse de repousser les limites de la censure et du contrôle social.

Quid des femmes?

Les femmes, dont le voile est le symbole paradoxal à la fois de leur présence dans l’espace public et de leur soumission aux règles patriarcales, sont en pointe de ces évolutions. Elles sont ainsi au cœur de l’articulation difficile entre le privé et le public, l’intime et le
politique, jusqu’à risquer peut-être une forme de schizophrénie.
Alors quel bilan faire de leur influence grandissante dans le champ socio-politique ?Comment la place et le rôle des iraniennes ont-ils été « négociés » avec les autorités depuis l’avènement de la République islamique ? Quelles sont les nouveaux lieux à conquérir, les nouvelles frontières de l’émancipation sociale ? Va-t-on inexorablement vers un assouplissement du contrôle politique et religieux, un assouplissement qui serait la condition nécessaire au maintien du régime?

Une émission préparée par Marguerite Catton.



Épisode 4 : De l’agression irakienne à l’expansionnisme chiite : la politique étrangère de Téhéran

Au lendemain de la révolution, le pays est attaqué par son voisin irakien, alors dirigé par Saddam Hussein. Ces dernières années, l'Iran a montré qu'il ne laissait pas tomber les armes. La guerre serait-elle le carburant du régime iranien sans lequel il serait menacé d’effondrement?
Le 22 septembre 1980, après des mois de tensions frontalières, Saddam Hussein ordonne à son armée d’envahir l’Iran qu’il pense affaibli par les querelles post-révolutionnaires.
Dans son esprit, la guerre doit durer quelques jours. Elle durera finalement huit ans et causera plusieurs centaines de milliers de morts.

La légitimité par la guerre ?

Fondateur pour le régime iranien qui en retire une forte légitimité, ce conflit va durablement influencer la politique étrangère iranienne, revivifiant les antagonismes entre arabes et perses, entre chiites et sunnites, au point qu’il pourrait être possible d'y lire le point de départ de l’expansionnisme de la république islamique.
Aujourd'hui, du Yémen à l’Irak en passant par le Liban et la Syrie, l’Iran multiplie les opérations militaires extérieures au grand dam de ses ennemis saoudiens, israéliens, américains et même européens.

"Les Iraniens se servent du Yémen comme ils ont instrumentalisé les Kurdes irakiens durant la guerre irano-irakienne." Pierre Razoux

Seul contre tous, l’Iran pourra-t-il poursuivre cette stratégie périlleuse ? A quel moment la volonté de puissance du pays, particulièrement évidente dans le domaine nucléaire, peut provoquer une rupture des équilibres régionaux ? La guerre serait-elle le carburant du régime iranien sans lequel il serait menacé d’effondrement ?

Une émission préparée par Marguerite Catton et Léa Sabourin.

up_album.png

Hébergeur : SeedBox
Format : MP3
Bitrate Audio : 128 Kbps
Présence des Covers : Non
Nom de la release : Iran_-_40_Ans_De_Revolution_4_Episodes_MP3_128Kbps-.FranceCulture.
Taille totale : 216 Mo

dl_album.png

Total du post: 216 Mo

petite_ban.png

Commentaires

Derniers commentaires

Aucun commentaire à afficher